Tribune

Menaces sur la disponibilité de l’eau

 

Une analyse de : Alain Adriaens & Eric van Poelvoorde

 

État des lieux

Une région est dite en stress hydrique quand, pour la population qui vit sur le territoire, l’eau disponible est en pénurie ou proche de la pénurie. Vous serez peut-être surpris d’apprendre que la Belgique est très mal positionnée quand on mesure le stress hydrique (voir annexe 1). En effet, avec 11,4 millions d’habitant sur 30.000km2 et une pluviosité moyenne de 800mm/an la quantité d’eau disponible par habitant est très faible (voir annexe1).

Et encore, les situations sont fort différentes entre le nord et le sud du pays puisque les 6,62 millions de Flamands vivent sur 13.625km2 où ne tombe que 700mm eau/an alors que les 3,63 millions de Wallons vivent sur 16.901km2 ou il pleut parfois plus de 1.400mm/an (voir carte ci-contre).

Seule, la Flandre serait donc en grave stress hydrique mais, heureusement, l’Escaut, la Meuse, la Senne... coulent du sud vers le nord et la solidarité hydrique ne s’est jamais démentie...

Évolutions futures suite au dérèglement climatique

A priori, le dérèglement climatique qui se caractérise par une augmentation globale de la température terrestre induit aussi une augmentation des précipitations (mers plus chaudes, d’où évaporation plus grande). Mais le déréglement subi est très différent selon les régions, avec parfois plus de pluies, parfois plus de sécheresses et toujours des perturbations des conditions connues auparavant. Nous allons essayer d’évlauer ici ce qui pourrait se préparer dans la biorégion qui est la nôtre.

Augmentation globale des températures

On constate sur le graphique ci-desous que, depuis la fin du XIX e siècle (1890), la température moyenne à Uccle a déjà augmenté de 2,5°C, avec une accélération depuis 1970.

Répartition saisonnière des pluies et températures 2017-2018-2019

Les changements les plus significatifs se déroulent les dernières années. Pour évaluer les évolutions, nous allons comparer les saisons de ces 3 denières années avec la moyenne 1981–2010 (qui a déjà subi une augmentation de près de 2°C). Il est important de mesurer selon les saisons car leur impact sur la végétation et l’approvisionnement des réserves d’eau est fort différent.

Voici regroupées sous forme de tableau les données des 3 années 2017/2018/2019 (Compilation personnelle à partir des bilans https://www.meteo.be/fr/climat/bilans-climatologiques/2017/hiver-2017 ).

Températures : Si l’on regroupe les données selon le saisons, on observe que, sur 3 ans, les hivers sont en moyenne plus chauds de 0,7°C, les printemps de 1,0°C, les étés de 1,7°C et les automnes de 0,7°C, avec donc une augmentation plus marquée les saisons chaudes (avec l’été 2018 qui a battu tous les records depuis que les observations météo existent).

Précipitations : Pour ce qui est des précipitations, on mesure :

3 hivers : – 94,4mm ;

3 printemps : – 128,2mm ;

3 étés : – 160,4mm ;

3 automnes : – 55,4mm ;

  et donc au total une baisse annuelle moyenne de 110mm, soit une baisse de 17% par rapport à la moyenne historique (30 ans) de 852mm (voir annexe 2, la carte hydrique de la sécheresse exceptionelle du printemps/été 2019).

On constate donc que, sur 3 ans, la température a encore augmenté de 1,025°C par rapport à la période 1981-2010, c’est surtout en été que ce fut le plus marqué (+1,7°C). De même, si l’on mesure de moindres précipitations de 110mm/an, c’est surtout les étés qui sont secs, avec – 160,4mm.

On constate donc que, sur 3 ans, la température a encore augmenté de 1,025°C par rapport à la période 1981-2010, c’est surtout en été que ce fut le plus marqué (+1,7°C). De même, si l’on mesure de moindres précipitations de 110mm/an, c’est surtout les étés qui sont secs, avec – 160,4mm.

Enfin, si historiquement, il y avait à Uccle 7,5 jours dits d’hiver (basses t°, neige..), les 4 dernières années ont enregistré respectivment 2, 4, 6 et 2 jours d’hiver. Même sur les hauts plataux ardennais, la même réduction des jours de neige est constatée (au grand dam des amateurs de sports d’hiver). Or, pour réalimenter les nappes phréatiques, c’est la lente fonte de la neige qui permet à l’eau de percoler, contrairement aux pluies (d’ailleurs plus violentes et surtout hivernales) qui ruissellent vers les fonds de vallée (où elles provoquent parfois des inondations) et ne sont donc pas utiles pour la végétation et pour les utilisations humaines.

En conclusion :

Il apparaît qu’en Belgique, le dérèglement climatique a eu pour conséquence une augmentation des températures de 2,5°C sur 130 ans dont 1,5°C sur ces seules 50 dernières années. Les précipitations, elles, ont très légèrement augmenté ves la findu XX e siècle mais diminuent sensiblement depuis 10 ans. La répartition de cette baisse se fait surtout sentir sur le saisons estivales.

Si cette évolution persiste (et rien ne laisse présager une stabilisation), il est fort à craindre que les stress hydrique déjà élevé en Belgique (annexe 1) s’acroisse encore, ce qui oblige à réfléchir d’urgence aux mesures à prendre les mesures destinées à assurer une résilence seule à même de garantir une sécurité hydrique pour l’ensemble de la population.

 

Annexe 1 : la Belgique connait un fort stress hydrique

En août 2019 le think tank World Resources Institutes publiait une étude une étude sur les risques de pénurie et stress hydrique des pays, en fonction de leur approvisionnement (pluies) et de leur consommation en eau. La Belgique est classée en 23 ème position sur 164 pays ayant le plus de risque de pénurie d’eau. C’est le pays le plus mal classé d’Europe occidentale et se range dans la catégorie pays ayant un haut niveau de stress hydrique: 40% de l’approvisionnement disponible est utilisé chaque année par l’agriculture (70%), l’industrie (20%) et les ménages et le tertiaire (10%). Plus exposée que les autres régions, la Flandre doit se préparer à de graves pénuries (démographie en croissance et besoins démultipliés...).

Annexe 2 : la sécheresse exceptionelle du printemps/été

 

 

 

(*) Les membres de la coalition "eau":

Construire un Déclin - Patrick Dupriez, Président d’ETOPIA - La Commission Justice et Paix - Le mouvement politique des objecteurs de croissance - Les Amis de la Terre Belgique - Riccardo Petrella, Agora des Habitants de la Terre - POUR écrire la liberté

 

Les Tribunes publiées par le groupe de réflexion n'engagent que leurs auteur-e-s :

2020 04 - analyse de : Alain Adriaens & Eric van Poelvoorde : Menaces sur la disponibilité de l’eau

2020 03 22 - Agathe Smyth pour coalition 'eau' : Appel pour la sécurité hydrique de tous les habitants de la Terre

2020 02 08 - Anne Chevalier : Et si on traitait le réchauffement climatique comme le coronavirus ?

2020 02 05 - Cédric Chevalier : Ce n’est qu’un au revoir, old friends

2020 01 09 - Miguel Rwubu : Collapse, décroissance, ressources, économie, climat : lettre d’un anthropologue à sa famille

2020 01 02 - Paul Blume : Comment faire face aux répressions violentes ? - L'expérience chilienne

2019 11 22 - Paul Blume : Climat : Faire le deuil d'un avenir radieux

2019 11 12 - Un citoyen anonyme : Extinction Rebellion participe à un combat mondial de vie ou de mort

2019 06 27 - Cédric Chevalier : Les mots des journalistes doivent refléter l'urgence climatique et environnementale

2019 05 11 - Paul Blume : Elections versus climat : enfin LE sursaut

2019 04 28 - Paul Blume : Entre gauche caviar et croissance verte, l’indigence des programmes climatiques

2019 04 24 - Paul Blume : Soyons des « Jaurès climatiques »

2019 04 11 - Paul Blume : Climat : en incapacité de voter le 26 mai

2019 03 29 - Paul Blume : Allons enfants ... du réchauffement !

2019 03 28 - Anne-Sophie Hubaux : Mais que se passe-t-il donc ?

2019 02 21 - Cédric Chevalier : Pour qui roulent nos gouvernements ? La biosphère ou ses ennemis ?

2019 02 15 - Paul Blume : Fake news pédagogique - Climat : voteriez-vous pour "LE" ? - Petit exercice d'analyse de propositions politiques en matière climatique

2019 02 08 - Cédric Chevalier : Est-ce que rouler en voiture et prendre l’avion, c’est mal Papa ?

2019 02 05 - Paul Blume : Loi « climat » ? Ne pas se tromper d’objectif !

2019 02 01 - Paul Blume : Humanité versus Climat. "Dépassé Bart ?".

2019 01 29 - Cédric Chevalier : Humanité versus Climat. La lutte politique pour la définition des possibles humains.