Tribune

Comment faire face aux répressions violentes ?

L'expérience chilienne

 

Paul Blume - 02 01 2020

 

Octobre 2019, la rue chilienne se révolte contre l'augmentation du prix des transports.

Emeutes, saccages, incendies, l’explosion d’un ras-le-bol inattendu surprend le pouvoir, obligé d’annuler l’organisation de la COP25.

Dès les premiers moments, les forces de l’ordre se comportent comme des barbares (Joven estaba siendo arrastrada por carabineros).

Violences (souvent "gratuites"), humiliations (ici à Cauca), tortures, viols, deviennent vite le quotidien de celles et ceux qui essaient de s’exprimer ou se trouvent tout simplement au mauvais endroit au mauvais moment... (Le courage de ces jeunes ...)

Depuis, ce qui ressemblait les premiers jours à un mouvement de « gilets jaunes » locaux se transforme en une véritable révolution culturelle, pour une partie importante de la population en tout cas.

Les enjeux se cristallisent autour d’un referendum finalement promis par la Présidence pour enfin modifier la constitution issue des années noires du régime militaire d’Augusto Pinochet (Dictature militaire d'Augusto Pinochet).

Sur le terrain, on assiste quotidiennement à de multiples affrontements entre une partie de la population animée d’une volonté de changements démocratiques et un pouvoir surpris par le courage (Le chilien de l'année ...), l’inventivité, la richesse culturelle de ses contradicteurs (Violons - le droit de vivre en paix).

Rien n’y fait. Ni l’acide dans l’eau des canons anti-manifestations, ni l’utilisation massive de gaz lacrymogènes, ni les exactions diverses, ni le nombre affreusement élevé d’yeux crevés par les tirs des « pacos ».

Une incroyable diversités d’actions de solidarités, d’entraides, de défenses des droits (ici des femmes le 25 novembre), d’expressions artistiques diverses ("Je n'oublierai pas" - chanson en homage aux victimes) colorie un mouvement qui essaie de rester le plus non-violent possible dans un contexte marqué par l’incapacité des politiques au pouvoir d’imaginer autre chose - en terme de gestion de l'ordre public - que de « lâcher ses chiens ».

La patrie des premières expérimentations des théories néo-libérales du début des années 70 nous envoie les images (encore faudrait-il que les médias occidentaux les diffusent…) d’un concept bien loin des violences gratuites des habituels "casseurs" de tous bords : la primera linea.

Il s’agit, ni plus ni moins, d’assurer la sécurité des expressions non-violentes dans un espace public soumis au diktat de hordes sauvages en costumes de RoboCob.

Et cela ne peut se faire qu’avec une détermination et une organisation ("Pour les chiliens vivant à l'étranger") à toute épreuve, en prenant quotidiennement le risque de devoir combattre en rue ("Les manifestants reprennent la place ...").

Voilà qui semble éloigné des réflexions sur la transition intérieure, la gouvernance partagée, l'intelligence collective qui animent le monde de la transition écologique en europe occidentale.

Mais, est-ce vraiment le cas ?

Ces Chiliennes et Chiliens qui se mettent en danger pour protéger et permettre l'expression de revendications pacifiques sont animé(e)s par des valeurs - solidarité, entraide, empathie - partagées par les manifestant(e)s des marches contre le réchauffement climatique.

En ce début de l'année 2020, l'indigence des réponses politiques en matière de climat n'est plus à démontrer. La COP25 s'en est chargée (Désastreux", "angoissant", "du jamais vu" : l'échec de la COP25 après deux semaines de (vaines) négociations - Lisa Guyenne).

Certaines des actions du mouvement "Extinction Rebellion" suscitaient déjà l'ire de politiques ("Dernière occupation avant la fin du monde. Des militants écologiques violents ? " - Pierre Marlet Rtbf).

Dans les semaines qui viennent, il est fort probable que la prise de conscience de l'échec organisé des accords de Paris (COP25 : un échec dû à la corruption - Brice Böhmer) amplifie le ressentiment citoyen face au peu de prise en compte de l'urgence extrême.

Nous espérons, évidemment, que nos "premières lignes" n'aient jamais à faire les mêmes sacrifices pour protéger la "transition écologique" que les "primera linea" pour la liberté d'expression.

Reste une leçon importante : en cas de réelles épreuves, solidarité et entraide collective priment.

 

 

Voir : le site d'infos - solidarité - Chili.

 

Les Tribunes publiées par le groupe de réflexion n'engagent que leurs auteur-e-s :

2020 03 22 - Agathe Smyth pour coalition 'eau' : Appel pour la sécurité hydrique de tous les habitants de la Terre

2020 02 08 - Anne Chevalier : Et si on traitait le réchauffement climatique comme le coronavirus ?

2020 02 05 - Cédric Chevalier : Ce n’est qu’un au revoir, old friends

2020 01 09 - Miguel Rwubu : Collapse, décroissance, ressources, économie, climat : lettre d’un anthropologue à sa famille

2020 01 02 - Paul Blume : Comment faire face aux répressions violentes ? - L'expérience chilienne

2019 11 22 - Paul Blume : Climat : Faire le deuil d'un avenir radieux

2019 11 12 - Un citoyen anonyme : Extinction Rebellion participe à un combat mondial de vie ou de mort

2019 06 27 - Cédric Chevalier : Les mots des journalistes doivent refléter l'urgence climatique et environnementale

2019 05 11 - Paul Blume : Elections versus climat : enfin LE sursaut

2019 04 28 - Paul Blume : Entre gauche caviar et croissance verte, l’indigence des programmes climatiques

2019 04 24 - Paul Blume : Soyons des « Jaurès climatiques »

2019 04 11 - Paul Blume : Climat : en incapacité de voter le 26 mai

2019 03 29 - Paul Blume : Allons enfants ... du réchauffement !

2019 03 28 - Anne-Sophie Hubaux : Mais que se passe-t-il donc ?

2019 02 21 - Cédric Chevalier : Pour qui roulent nos gouvernements ? La biosphère ou ses ennemis ?

2019 02 15 - Paul Blume : Fake news pédagogique - Climat : voteriez-vous pour "LE" ? - Petit exercice d'analyse de propositions politiques en matière climatique

2019 02 08 - Cédric Chevalier : Est-ce que rouler en voiture et prendre l’avion, c’est mal Papa ?

2019 02 05 - Paul Blume : Loi « climat » ? Ne pas se tromper d’objectif !

2019 02 01 - Paul Blume : Humanité versus Climat. "Dépassé Bart ?".

2019 01 29 - Cédric Chevalier : Humanité versus Climat. La lutte politique pour la définition des possibles humains.